Une route singulière.

* ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° * * ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° * ° *° * ° * ° * ° * ° * ° * °  .    .    .        .

IMG_8339

Sur le chemin, je marche. J’inspire, j’expire. Sur l’inspiration j’avale des contes issus de la tradition orale – surtout ceux que l’on appelle « merveilleux ». Petite apnée : j’ingurgite le conte, sons sens, sa symbolique, dans sa version la plus ancienne, je le lèche jusqu’à l’os, jusqu’à l’intimité. Sur l’expiration je donne corps, je donne voix, j’universalise en bricolant papier, craie et petit mobilier, je chante un peu, j’humourise et je fantaisie.

Conteuse et comédienne, je poursuis une route singulière qui me permet d’écrire, de mettre en scène et d’interpréter tout à la fois, puisant à gauche dans le répertoire de la tradition orale, à droite dans ma boîte à outils théâtrale.

Je poursuis le chemin des contes pour faire apparaître, derrière les paupières ouvertes des spectateurs, toutes vivantes et impressionnantes, les images « engravées » dans ces récits, des images magiques de plus de mille ans, façonnées et ciselées par des milliers de bouches, de sensibilités et de cerveaux en travail, dans toutes les langues et sur plusieurs continents, à travers les âges, des images qui, je le crois, viennent caresser et nourrir la vie « en-dedans », je veux dire la vie psychique. Ce qui m’intéresse, c’est de transmettre à nouveau ces récits, oralement, avec des mots justes, des mots qui pèsent, des mots qui lessivent, des mots qui éclairent. En cours de route j’espère qu’ils retourneront, comme un trésor inépuisable, d’où ils viennent, dans nos mémoires actives, toujours en bouillonnement. 

Delphine Garczynska.