° Un si beau ciel (racines) °

Botte_mai 2017_5

  °

Viviane, jeune femme rêveuse, a disparu un soir d’été.

Elle ne reviendra que trois ans plus tard sous la forme d’une étoile

avec un enfant qu’elle appelle Petit Astre

°

 

Ainsi, terre et ciel mêlés, Un si beau ciel (racines) est un conte musical sur les origines de la vie. Il se joue au jardin de préférence, au calme sous un grand arbre ou en déambulation, mais aussi dans de petits espaces intérieurs. 

Librement inspiré d’un conte amérindien, d’une légende française (L’Oiseau du Paradis), d’un conte que l’on retrouve dans le monde entier et dans la littérature chez Tolstoï (La chemise du jardinier) et de deux poèmes de Rimbaud, ces contes invitent à la contemplation de la nature que l’on a autour de soi, à aimer s’étendre dans l’herbe, écouter les bruissements du vent, le chant d’un oiseau, regarder simplement autour de soi et être là, ensemble, tournés vers le paysage, la terre ou les nuages ou nos corps étendus et offerts, là où la vie a pris forme. Le motif du jardin en effet, de la nature sauvage et généreuse, symbolise dans les contes et les arts, le lieu premier, le paradis perdu, l’écrin dans lequel notre vieille mémoire se souvient d’avoir évolué avec tant d’allégresse et de légèreté ! Mais cette perte peut être douce et féconde quand elle se transforme de façon créative, en chant et en musique, en récits sensuels ou mystiques, en poème amoureux. 

– Adultes (enfants à partir de 12 ans) – Durée : 1h (en salle) à 1h30 (en déambulation) –

 

EXTRAIT  – « Viviane, Juliette, à table ! Les filles à table, c’est l’heure, le dîner est servi ! » 

L’heure ?

Quelle heure ?

Franchement au jardin il n’y a pas d’heures ! Surtout quand on est en train de jouer ! Et nous, les filles, ce soir là, on est en train de jouer aux indiens dans les allées sombres et c’est passionnant ! Alors quand ma mère nous appelle pour dîner, ce soir là, on fait comme si on n’avait rien entendu et on se faufile sous les noisetiers pour voir, dans la prairie, la lune se lever juste au-dessus des bisons. 

« On arrive tout de suite ! » 

Tu parles, bouche ouverte, on n’arrive pas du tout, on rêve, on rêve, on rêve et soudain Viviane, ma sœur Viviane, me dit : 

« Regarde, là, dans la prairie près du ruisseau, il y a un indien qui s’avance ! » 

« Où ça ? » 

Viviane regarde la prairie vide comme si elle voyait. Son visage impassible et ses yeux en feu me font peur. 

« Viviane, pour de vrai ou pour de faux ?  » 

« A table ça fait deux fois, je ne le dirai pas une troisième ! » 

« Là, sa tête est couronnée d’une plume d’aigle, sa peau brune sent bon l’herbe coupée et il tient à la main une branche de genévrier d’où pend une toile d’araignée. » 

« Viviane moi je ne vois rien ! » 

« Alors ferme les yeux et écoute seulement car il chante »

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,

Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :

Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :

Mais l’amour infini me montera dans l’âme,

Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la nature, heureux comme avec une femme.  *

Quand j’ai ouvert les yeux, Viviane avait disparu : j’étais soudain seule dans l’allée sombre sous les grands marronniers noirs. Viviane n’est revenue que trois ans plus tard. On était tous dehors à siroter quand on a vu une étoile descendre du ciel, juste là. Dans l’herbe tendre elle a déposé un baluchon. Dedans il y avait Viviane et un enfant. « Voilà Petit Astre », elle a dit. C’était tellement beau et inespéré de les voir qu’on n’a pas osé poser de questions.

*poème d’Arthur Rimbaud. 

 


Récit (écriture et interprétation) : Delphine Garczynska

Musique (composition et interprétation) : GARZ

Production : Cie On dit vous à grand-père ? 


Un si beau ciel (racines) a été joué dans les lieux et jardins suivants :

Mai 2017 : Jardin de Armelle et Philippe Botte, La Fieffé aux Landelles, Sourdeval (50)

Juillet 2017 : Médiathèque du Teilleul (50), Partir en Livre 2017

Octobre 2017 : Festival Les Contrées Ordinaires, La Chapelle-au-Riboul (53)

9 Juin 2018 : Médiathèque de Mortain-Bocage (50), dans le cadre de Mettez-vous au vert ! 

17 Juin 2018 : Coët-Bugat (56), jardin de l’association Musique à Mongrenier. 

23 juin 2018 : Médiathèque de Sourdeval (50), dans le cadre de Mettez-vous au vert ! 

7 juillet 2018 : Médiathèque de Barenton (50), dans le cadre de Mettez-vous au vert !